#2 Les impersonnels

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

#2 Les impersonnels

Message par irangnie1 le Lun 28 Mar - 21:57

Le français utilise un certain nombre de verbes qui ne fonctionnent qu'à l'impersonnel: "il est dommage", "il faut", "il s'agit de", parallèlement à d'autres constructions où le verbe peut donner lieu à la construction personnelle "il semble avoir gagné", "il vaut de l'or", "il est surprenant, cet enfant" etc... ou à la construction impersonnelle: "il semble évident que tu te trompes", "il vaut mieux gagner de l'or", "il est surprenant que cet enfant le sache".

Le normand aime les constructions impersonnelles, des deux sortes. Certaines de ses tournures existent en français, bien sûr, mais d'autres lui sont propres. Regardons les détails:

Dauns les prémyires, no dit: I fâot, i ..... I fâot que je m'en veiche, i vâot muus etc... mais quaund que no prêche, no dit byin coupassous: "Fâot que je m'en alle". Y a le pronoum qui sâote: ch'est-i paé itou coume cha que no prêche dauns la reue en françouès: "Faut s'en aller". Et ch'est aco muus en hâot-normaund, yoù que no dit: " 'Est reide byin", pour "Ch'est reide byin".

Le verbe fallei/falli est toujours impersonnel, il s’emploie le plus souvent sans sujet :
Fâot doun lus pardounaer. C. Capel (il faut donc leur pardonner) Coume qui que fâot que no le gence ? (comment faut-il le ranger ?) Dauns le cas que fâorait qu’i se racache, no li ferait savi. (s’il lui fallait revenir, on le lui ferait savoir)


Dauns les âotes, le normaund aime byin faire sâotaer le pronoum itou: "Vâot muus allaer oû moulin qu'oû pharmocien" (H. Moisy) "Vâot muus faire envie que pityi", "Vâot muus usaer ses soulyis que sen capé". Mais seument d'aveu quiques verbes, intaé valeî.
Le verbe valei/vali lorsqu’il est employé de manière impersonnelle, n’a pas de sujet : Vâot muus qu’o vyinne paé. (il vaut mieux qu’elle ne vienne pas)
Ce verbe est toujours situé en tête de proposition : Quaund byin même qu’i serait lo, vâot muus ryin li muchi. (même s’il était là, il vaudrait mieux ne rien lui cacher)
Pyiche ne dirait: *"Semblle que tu déprêches".

Quelques expressions avec falloir ou valoir :
Fâot paé trannaer fêtu devaunt vuus cat. Il ne faut pas traîner un brin de paille devant un vieux chat, cela donne en français : on n’apprend pas à un vieux singe à faire des grimaces.
Fâot prêchi ou écopi. Il faut parler ou cracher, en français : il faut prendre une décision.
Fâot paé arvenin sus le boeu de derryire. Il ne faut pas revenir sur le bœuf qui marche le dernier. En français : il ne faut pas remuer le passé.
Fâot paé écoutaer ampraès les chabots d’un mort. Il ne faut pas attendre les sabots d’un mort. En français : on ne doit pas attendre un héritage pour faire sa vie.
Vâot muus laissi eun quenale morvous que de li arrachi le naez. Il vaut mieux laisser un enfant sans le moucher plutôt que de lui arracher le nez. En français : il faut éviter que le remède soit pire que le mal.

No dira itou:
Les formes simples : I plleut. (il pleut) I nige. (il neige) I crachène. (il bruine) I bllaunc-gèle. (il y a de la gelée blanche) i rafale (il vente fort)
Cha crachène. (il bruine) Cha pllouène.(il tombe une fine pluie continue) Cha broussène (il tombe de fines gouttelettes de pluie) Cha fouédrâle. (il pleut et vente très fort)
Nous avons encore dans cette catégorie : les présentatifs que l’on peut regrouper sous deux formes :
Une forme sans sujet :
Y avait tréjous de dequei dire. (il y avait toujours quelque chose à dire) (C. Capel)
Y éra set auns quaund vyinra la Pannecôte. (il y aura sept ans quand viendra la Pentecôte) G. Gannes
Une forme employée avec le sujet il/i ou avec le sujet ch’.
Il est médi. (il est midi) Il est chinq heures. (il est cinq heures) Il est pus que temps. (il est grand temps)
Ch’est du âo jouo d’annyi. (c’est difficile aujourd’hui) Ch’est pouor deman.(c’est pour demain)

Les locutions : Essentiellement des locutions formées avec le verbe faire.
I fait freid. (il fait froid) I fait câod. (il fait chaud) I fait biâo. (il fait beau) Il est nyit. (il fait nuit) I fait solé. (le soleil brille) I fait eun freid de quyin. (il fait une froid de canard) I faisait cllai. (il faisait clair) i fait nei coume puche. (il fait noir)

Certains verbes sont précédés d’un sujet, généralement il/i :
Il a venun quiqu’eun à médi. (il est venu quelqu’un ce midi) i restit mais que déeus files. (il ne resta plus que deux filles)


Certains verbes peuvent avoir un statut pronominal, le verbe a, dans ce cas, un sujet i/il ou cha/ch’ :
I me revyint dauns la tâete qu’ol avait promins cha pouor annyi. (je me rappelle qu’elle l’avait promis pour aujourd’hui.) Cha li prend des couops de parti sauns prêchi quique seit. (il lui arrive parfois de partir sans dire un mot.)

Cha qu'y a de remerque ch'est que la laungue normaunde chouésit l'impersounel lo iyoù que le françouès ferait âote seit: "Je ne m'arrange/m'amende pas". No dirait en normaund: "I m'amende paé", dreit coume si que no disait à Paris *"Il ne m'amende pas". Cha, ch'est eune abrélingue et de de quei de surbutaunt. No péeut dire itou:
"I me fait apoue de tei" = Tu me manques, coume si que no disait *"il me manque de toi".
I m'erjue, ch'est ou byin quiqu'eun (Li, i m'erjue) ou byin quique seit (Cha m'erjue).
Certains verbes ont un type de conjugaison de statut pronominal :
I m’ennue / I m’ennie. (je m’ennuie)
I t’ennue / I t’ennie. ( tu t’ennuies)
I lus ennue / i lus ennie. (ils s’ennuient)
I me fait apoue de men père. (mon père me manque)
I te fait apoue de ten père. (ton père te manque)
I lus fait apoue de lus père. (leur père leur manque)

irangnie1
Admin

Messages : 38
Date d'inscription : 19/03/2016

Voir le profil de l'utilisateur http://amisdudonjon.forumgratuit.eu

Revenir en haut Aller en bas

Re: #2 Les impersonnels

Message par irangnie1 le Dim 31 Juil - 9:46

irangnie1: Sur ce dernier point: ça se rapproche de la voix moyenne, médiopassive, qu'on rencontre en anglais (this book reads well, this bed sleeps comfortably, this wine drinks smoothly...), qui a une valeur qu'on ne confondra pas avec celle la construction réfléchie. Par exemple, i ne se sâole paé veut dire qu'il ne boit pas excessivement, tandis que i sâole paé veut dire qu'il boit excessivement sans jamais être ivre.

irangnie1
Admin

Messages : 38
Date d'inscription : 19/03/2016

Voir le profil de l'utilisateur http://amisdudonjon.forumgratuit.eu

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum