Le pronom réfléchi à la troisième personne du pluriel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le pronom réfléchi à la troisième personne du pluriel

Message par Graund le Dim 21 Aoû - 21:47

Bonsoir,

Lors de la relecture d'un de mes textes, je me suis demandé s'il fallait écrire:
Byin des euns se sount patrassaés ou Byin des euns leus sount patrassaés?

En effet l'Essais de Grammaire de la Langue Normande (EGLN) précise pour les verbes pronominaux réciproques :
"Si le pronom se paraît de rigueur avec certains verbes, et est aujourd'hui abusivement employé par de nombreux auteurs, on ne peut oublier que le pronom réfléchi de la troisième personne du pluriel est leus / lus (leur=se). Or la réciprocité impliquant la pluralité, ce dernier pronom est à retenir."

Une remarque en fin de paragraphe sur les pronoms personnels mentionne également :
"La forme se (s') du pluriel commun, employé par certains auteurs en toutes circonstances, est généralement fautive, parce qu'influencée par le français."

De ma compréhension, il faut donc préférer l'usage de leus/lus au lieu de se pour le pronom personnel réfléchi à la troisième personne du pluriel, sauf pour les verbes ou se paraît de rigueur.

Rien de plus simple, on utilise leus/lus sauf si on doit utiliser se affraid

Le temps n'étant pas au beau fixe je me suis donc plongé dans quelques ouvrages à la recherche de l'usage du pronom personnel réfléchi.

Voici quelques exemples de mes trouvailles :
Louis Beuve, dans "N'y a paé d'poumes"
"Et les gâolous dé poum's dé leune,
Par chin vount s'trouvaer byin arfaits."


Charles Birette, dans "Les goub'lins du carrefour à j'vaus"
"Vont-i biétoot se déhoulo por que ne save s'i majuent de la trémaine ou du pain, chés avers là?"
"A la fin o perditent la trémontaine, reviritent de bord et se depataritent pu vite qu'o n'étaient venuns"


Côtis-Capel dans "Rocâles - Ma és rauns"
"Je sentis mes rauns coume si s'anouaient tout d'un coup, coume cha : r'han!..."

J'ai poursuivi avec Gires Ganne, Alfred Rossel, André Louis, Aundré Smilly, Guy du Hammé Hâot, Marcel Dalarun et Jean-Pierre Montreuil, sans plus de succès sur l'usage de leus/lus.

Bien évidemment je n'ai procédé que par échantillonnage des œuvres, peut être ai-je joué de malchance ou l'usage de leus/lus est minoritaire devant celui de se.

Si quelqu'un pouvait combler mes lacunes en grammaire (française et normande) sur ce sujet je lui en serais reconnaissant.

Merci


Dernière édition par Graund le Lun 22 Aoû - 21:45, édité 2 fois

Graund
membre

Messages : 6
Date d'inscription : 17/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le pronom réfléchi à la troisième personne du pluriel

Message par irangnie1 le Lun 22 Aoû - 9:29

[irangnie1]: l'usage de leus/lus en perd par rapport à se, on dirait.
De plus, leus/lus est-il vraiment limité aux réciproques ? regarder les dizaines de "lus" dans l'Epopée Cotentine d'André Dupont. Le premier, aux vers III, 4-5:
Pis qu' nous évêques passaient âotefeis
Pour lus 'n âlaer tcheu les Jerriais

irangnie1
Admin

Messages : 38
Date d'inscription : 19/03/2016

Voir le profil de l'utilisateur http://amisdudonjon.forumgratuit.eu

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le pronom réfléchi à la troisième personne du pluriel

Message par Graund le Lun 22 Aoû - 21:20

Bonsoir Irangnie1,

nous sommes donc face à deux interrogations :

  1. Quels sont les verbes pour lesquels se est de rigueur comme mentionné dans l'Essai de Grammaire?
  2. La forme leus/lus est-elle liée à la réciprocité?


Fleury dans son "Essai sur le patois de la Hague" répond peut-être.
En effet il ne mentionne pas la réciprocité mais indique simplement :
"Dans les verbes réfléchis on emploie toujours se au singulier avant le verbe pour le datif et l'accusatif :
Il s'en est alaé. Il se repentira. Il se dira...
Au pluriel on peut dire de même :
Il s'en sount alaés. Il se repentirount. Il se dirount...
Mais on dit plus souvent, en employant deux fois le pronom il :
Il lus en sount alaés. Il lus repentirount. Il lus dirount..."

Il indique donc clairement la prédominance de leus/lus devant se bien que ce dernier puisse être utilisé et sans parler de réciprocité.

De plus ce soir j'ai déniché un emploi de leus dans un texte contemporain puisque qu'écrit par Guy du Hammé de Hâot.
Dans la neuche à noute gâs on trouve :
"L'idée de leus marier leus est venun pique s'en vount en Amérique pouo leus métyi. Ch'est coume cha achteu : les jannes restent pus mais guère dauns leus trige; i leus fâot leus en allaer veî byin pus louen!"

Guy saura sans doute nous expliquer comment il a choisi d'utiliser tantôt leus tantôt se.

Graund
membre

Messages : 6
Date d'inscription : 17/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le pronom réfléchi à la troisième personne du pluriel

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum