#1 Le préfixe dé-

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

#1 Le préfixe dé-

Message par irangnie1 le Lun 28 Mar - 21:35

En français, beaucoup de mots commencent dé-. Il peut se faire que ce soit là le début d'un mot, d'une racine, comme dans débile, décor, dépêche, qui a pu d'ailleurs être un ancien préfixe, mais maintenant il est ressenti et analysé comme faisant partie intégrante du mot: défi, dépôt etc...
Quand il est clairement préfixe, dé-, ou dés- devant voyelle, a plusieurs valeurs en français.

sens 1: Le sens peut être purement négatif, ou oppositif, ie. où dé- signifie le contraire de: loyal / déloyal. Il se confond parfois avec le sens 2.

sens 2: Parfois, le plus souvent peut-être, il a le sens de défaire: débaptiser une rue, débaîllonner quelqu'un, se désintoxiquer, se démaquiller. En général, le correspondant positif existe, ou sous sa forme courte: baptiser, bâillonner, intoxiquer, maquiller, ou sous une forme avec en-, em-: démagasiner : emmagasiner, débrayer : embrayer. Mais pas toujours: se décatir se dit, mais catir n'existe plus que dans le vocabulaire technique. On peut se faire déflorer, mais pas se faire florer.

sens 3: D'autres fois, il a un sens locatif: hors de. Décaler n'est pas le contraire de caler, mais fait référence à une autre position. Débucher "(faire) sortir du bois" n'est pas --ou plus exactement n'est plus-- le contraire de bucher. Le vieux français avait "guerpir", nous n'avons plus que "déguerpir"

sens 4: D'autres fois encore, il joue plutôt un rôle d'intensificateur, parfois, c'est l'idée d'accomplissement, d'aller jusqu'au bout: dénier, basé sur nier, démener, découper, dégoutter, dévisager. Le sens général est maintenu, mais de subtiles nuaunces se dégagent: couper >> découper, goutter >> dégoutter, (populaire) se grouiller >> se dégrouiller

C'est un schéma un peu simplificateur, mais suffisamment explicite pour établir une comparaison avec le normand. On voit que les deux premiers sens ont généralement des connotations négatives, et les deux des connotations plutôt positives. Notez que certains mots prêtent à confusion, puisqu'ils peuvent prendre des sens différents, pratiquement opposés. Pensez à desservir... Dans "desservir la table", ou dans "cette image l'a desservi", on hésite entre 1 ou 2; dans desservir une gare, le sens 4.

En normaund, ch'est du parel oû même. Guettiz veî quiques mots yoù que dé- a le sens 1 ou byin le sens 2: dépaissi, dépouési, déraungi

En v'lo quiques âotes iyoù qu' cha s'sait putôt le sens 3 ou 4:
dépotaer, déroumpe, déhalaer

Pis y en a une auntiolaée yoù qu' ch'est eun miot mens cllai. Qui qu' vos en dites ?


Les sens 1 et 4 s'opposent parfois dans le même mot, ce qui peut être source de confusions. Se dérouolaer peut être le contraire de s'enrouler, mais peut aussi signifier se rouler (par terre, par exemple)

irangnie1
Admin

Messages : 38
Date d'inscription : 19/03/2016

Voir le profil de l'utilisateur http://amisdudonjon.forumgratuit.eu

Revenir en haut Aller en bas

Re: #1 Le préfixe dé-

Message par irangnie1 le Dim 31 Juil - 10:03

irangnie1: les dictionnaires insistent parfois sur des valeurs différentes, ce qui peut donner lieu à d'apparentes contradictions. Par exemple, on trouve dans Marie, pour décessi le sens 1:
ne pas cesser de. i décesse de plleure dé depis treis jouors, il pleut sans cesse... no décesse d'en prêchi: on n'arrête pas d'en parler.
Dans le TLN, on trouve le sens 4:
ve. Cesser de. • il a plleu sauns décessi. il a plu sans arrêt. V. cessi.

irangnie1
Admin

Messages : 38
Date d'inscription : 19/03/2016

Voir le profil de l'utilisateur http://amisdudonjon.forumgratuit.eu

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum